Ksour d’Aghlad

Perdu au milieu des dunes, Aghlad est situé à environ 25 km au nord ouest de Timimoun, ce petit village est entouré de ksours, impressionnantes forteresses aux couleurs particulière, érigées sur les grands parcours caravaniers du passé qui reliaient le Nord au Sud de l’Afrique sub-saharienne. Ces ensembles architecturaux et urbains sahariens sont des composants du patrimoine historique algérien.

Les ksour sont ces imprenables forteresses érigées sur les grands parcours caravaniers qui reliaient le Nord au Sud de l’Afrique sub-saharienne. Leurs différents dispositifs défensifs ont suscité l’intérêt des chercheurs quant à leurs origines historiques, leurs modes de construction et les coutumes des groupes ethniques qui les créèrent. Ces ensembles architecturaux et urbains sahariens sont des composants du patrimoine historique algérien. Afin de préserver et de promouvoir ces lieux d’exception architecturale, de nombreuses manifestations culturelles, des colloques nationaux et internationaux et des démarches de classement sont fréquemment organisés, notamment dans les secteurs de Taghit, de Tinerkouk et de Tèmacine. Le projet « La route des ksour », initié par l’UNESCO et le PNUD en 2003 et soutenu par la fondation des Déserts du Monde a été l’un des premiers projets à remettre les ksour en réseau à l’échelle territoriale en réintroduisant la notion de route, d’itinéraires et de chemins historiques. En outre, l’Etat algérien a mis en place un vaste programme de restauration de centres historiques des villes du Sud dans le but de sensibiliser la population d’une part à leur patrimoine vernaculaire et d’autre part à une meilleure exploitation touristique dans l’optique d’un développement durable.

3Néanmoins, les actions menées ne présentent qu’une vision fragmentaire de l’appréhension de l’espace ksourien et l’interdépendance spatiale et économique des entités, reste assez méconnue. Le recours au concept de umran, développé par Ibn Khaldoun au XIVe siècle, parce qu’il consiste à prendre la société humaine dans toute son extension spatiale et sa profondeur temporelle, présente un caractère universel. Ibn Khaldoun, auteur de la Muqaddima, traite de la science de la société et de la civilisation comme préalable à l’étude de l’histoire. La théorie de la société et la théorie de l’histoire se complètent chez lui, car la compréhension de l’une passe par celle de l’autre. C’est une démarche globale qui propose une théorie de la société et de la civilisation humaine à partir d’une nouvelle approche de l’histoire et une connaissance approfondie de celle-ci.

Photos des Ksour d’Aghlad :

Ksour d’Aghlad sur carte MAP :

Sources :

Texte : djenanemalek.com et openedition.org
Photos : Santiago Cordero, djenanemalek.com, Abdelhadi Benzita