Tombeau de Tin-Hinan

Tombeau de Tin Hinan

Le Tombeau de Tin Hinan occupe la partie supérieure d’une colline située sur la rive gauche de l’Oued Tifirt à proximité de l’oasis d’Abalessa au Hoggar dans le sahara algérien. Ses dimensions sont de 26,25 m de grand axe, 23,75 m de petit axe et 4 m de hauteur.

Maquette du tombeau exposée au musée du Bardo à Alger.
Lors de sa découverte, le monument était recouvert d’amas de grosses pierres qu’il a fallu déblayer avant d’entreprendre les fouilles. L’enceinte, régulière, était formée d’un mur en pierres sèches et certains de ces blocs étaient si volumineux que se posait la question de savoir comment leur transport au sommet de la butte s’était effectué. D’où l’hypothèse de l’œuvre de populations étrangères à la région.

La fouille du Mausolée, unique dans le Sahara, a permis de découvrir onze salles. La plus grande avait pour mesures 6 × 7 m et la plus petite 3,50 × 2 m. Une seule porte communique avec l’extérieur.

La seule salle explorée au cours de la mission franco-américaine de 1926 renfermait le squelette d’un corps, présenté comme étant la reine Tin Hinan, placé dans un caveau souterrain protégé par des dalles de pierre, ainsi qu’un somptueux mobilier archéologique dont des bijoux en or et en argent et une lampe romaine. Nous reproduisons les conclusions du docteur Leblanc, doyen de la Faculté de Médecine d’Alger qui a examiné le squelette : « On peut affirmer que le squelette est celui d’une femme de race blanche en se basant sur (etc..) L’ensemble du squelette examiné rappelle fortement le type égyptien des monuments pharaoniques, le type des hautes classes, caractérisé par la grande taille élancée, la largeur des épaules, l’étroitesse du bassin et la minceur des jambes ».

Reygasse a fouillé les autres salles en 1933. Avec Émile Félix Gautier ils émettent les hypothèses suivantes : « Voilà un réduit à la fois sacré et fortifié où le mobilier atteste de très fortes influences romaines, et laisse d’ailleurs soupçonner des influences nègres. Il semble bien que ce réduit, assez spacieux pour avoir contenu des magasins, ait dû être un gite d’étapes entre la mer Méditerranée et l’Afrique noire. Influences méditerranéennes qui, nécessairement, se sont développées après l’apparition du chameau. »

Les bijoux et le mobilier funéraire de Tin Hinan sont exposés au Musée du Bardo à Alger.

Source : wikipedia.org

Autres photos

Sources

wikipedia.org
photos : vitaminedz.org