Cheval barbe

Une des plus anciennes races au monde 
Il était jusqu’à présent bien établi que le cheval était absent dans la préhistoire saharienne. Celui-ci n’aurait été introduit que dans le IIème millénaire avant JC. Mais des recherches menées en Algérie établissent que des ossements d’espèce chevaline trouvés dans des gisements dans la région de tiaret datant de 4000 ans et plus. En tous cas, en Afrique du nord, le cheval fait partie intégrante de la vie de l’homme, dans toute son histoire. Des peintures rupestres représentant des chevaux ont été trouvées en Algérie. 
Une race aux qualités exceptionnelles 
A l’époque romaine les empereurs envoyaient chercher au royaume de Carthage ces fameux guerriers et leurs chevaux pour grossir les rangs de leur cavalerie pour envahir les Gaules et l’Europe. La robustesse, l’endurance, la rusticité, la sobriété et ses qualités sportives faisaient déjà la réputation du barbe. Mais ce sont ses qualités psychiques, ses facultés exceptionnelles d’assimilation et de compréhension de ce que l’on veut obtenir de lui qui déjà a cette époque faisaient la différence entre la race barbe et les autres. 
Strabon (58 av. JC, 25 après JC) rapporte dans ses écrits de quelle manière les cavaliers numides d’Afrique du nord montaient leurs chevaux « sans frein » c’est à dire sans harnachement, sans enrênement, sans mors ce qui est remarquable. Seul parfois une cordelette autour du cou pouvait servir à ralentir ou à diriger quelques chevaux. 
Les arabes qui, venus d’orient, apportèrent l’Islam au Maghreb au VIIème siècle s’en servirent laissant parfois sur place les quelques chevaux arabes qui leur restait après avoir traversé la Libye, la Tunisie puis l’Algérie et le Maroc pour envahir l’Espagne. 
Les rois de France, les célèbres écuyers Antoine de Pluvinel, Robichon de Guérinière au siècle suivant chantèrent les louanges du cheval barbe qui était pour eux le meilleur cheval de dressage. 
Les armées Napoléoniennes utilisèrent également le cheval barbe. Les régiments de Spahis français étaient pourvus exclusivement de chevaux barbe. Pendant la dernière guerre mondiale, un régiment Allemand monté sur des chevaux barbes réquisitionnés par Romel en Tunisie est même allé dans des conditions très difficiles jusqu’à Moscou. Aucun autre cheval pendant ce raid n’a pu soutenir la comparaison avec le cheval barbe. 
Le Cheval Barbe en France 
En France, à la dissolution des régiments de Spahis, leurs chevaux furent répartis dans toutes les sociétés hippiques. Tous les cavaliers âgés aujourd’hui de 45 à 70 ans ont débuté sur ces chevaux utilisés comme cheval d’école mais aussi comme cheval de sport avec de très bons résultats. 
En 1962, après l’indépendance de l’Algérie, le Stud-book du Barbe en France fut purement et simplement supprimé. La race n’existait plus officiellement et les meilleures juments, celles qui avaient de gros moyens en concours hippique ou de grandes dispositions pour le dressage furent intégrées à titre initial au Stud-book du selle français ou inscrites comme « facteur de selle français ». Le barbe tomba peu à peu dans l’oublie sauf pour les marchands qui en importaient beaucoup d’Afrique du nord par les ports de Marseille et Sète, souvent pour alimenter les boucheries hippophagiques ou pour les vendre comme cheval d’extérieur. Ils effectuaient à merveille dans l’anonymat un travail ingrat. 
Une poignée de nostalgiques de la grande époque du barbe, amoureux fanatiques de cette race, groupés autour du vétérinaire Jean Devaux, ancien spahi, ont travaillé à établir de leur propre chef un registre généalogique du barbe en France. Ils ont contribué à la création de l’Organisation Mondiale du Cheval Barbe (OMCB) et obtinrent en 1989 l’ouverture par les haras nationaux français d’un stud-book du barbe en France, après avoir créé l’Association du Cheval Barbe qui devient très vite l’Association Française du Cheval Barbe (AFCB) qui gère en collaboration avec les haras nationaux le livre généalogique du barbe, les concours d’élevage et les approbations d’étalons. L’association travaille également à la promotion de la race barbe en France et à regrouper les amateurs ou utilisateurs de cette race avec les éleveurs.

 

Les différents types de Barbes 
Il est délicat de déterminer des types différents d’après leur pays d’origine (Algérie, Maroc, Tunisie, voire Libye ou Mali). Il semble plus raisonnable de parler de morphologie suivant les régions. La taille et la morphologie du cheval sont différentes selon qu’il se développe depuis des générations dans des régions de plaines littorales ou de montagne, de hauts plateaux ou de limite de régions désertiques du sud. Il est évident que la température et la pluviométrie agissent sur la végétation et que le développement d’un animal est fonction de ce que va être son alimentation au fil des générations. Dans les plaines littorales fertiles et arrosées de l’Algérie et du Maroc l’animal sera plus lourd, plus grand et peut-être moins caractéristique de sa race. Dans les montagnes algériennes, marocaines et tunisiennes l’animal sera plus trapu peut-être moins élégant. Sur les hauts plateaux algériens, sur la frontière ouest de la Tunisie, au Maroc, on trouve un cheval barbe bien développé, harmonieux, bien nourri, c’est peut-être le modèle qui intéresse le plus les amateurs éclairés. Sur les limites avec les régions désertiques du sud, on trouve un cheval à peine plus léger, plus loin du sol, très élégant. Nous pouvons distinguer 3 types de têtes: profil convexe, profil rectiligne et front rectiligne.

 

Pour l’Arabe-barbe, l’influence plus ou moins forte du profil concave caractéristique de l’arabe sur les trois profils Barbe cités ci-dessus offre toutes les combinaisons possibles. 
Mais tous ces modèles ont énormément de dénominateurs communs. Les qualités légendaires du cheval barbe évoqués précédemment, mental exceptionnel, sobriété et résistance hors du commun à l’effort.

Usage du cheval Barbe
Aujourd’hui encore dans toute l’Afrique du nord, la majorité des chevaux, outre le service sous la selle et l’utilisation comme cheval de spectacle (Fantasia en groupe, Fouroussia individuelle), la majorité des chevaux sert d’animal de traction aux champs comme devant les charrettes. En Europe, cet usage est méconnu, le cheval Barbe est un excellent cheval d’attelage et il serait temps que les meneurs fassent appel à cette race pour la présenter sur les terrains de concours de maniabilité, de cross, etc… 
En Europe, le cheval Barbe est en train de retrouver la place qu’il mérite auprès des cavaliers de loisir, d’endurance, de spectacle, de dressage et bientôt de concours de saut d’obstacle. Il a sa place dans toute famille désireuse d’avoir à sa disposition un cheval à la fois sportif et sociable, ce qui ne va pas toujours de pair dans d’autres races. 
Lorsque l’on parle en France de cheval Barbe, on englobe évidement l’Arabe-Barbe qui est inscrit au même stud-book. L’Arabe-Barbe est le cheval sportif par excellence, c’est lui que l’on peut utiliser dans toutes les disciplines. La discipline dans laquelle on peut l’intégrer est souvent fonction du pourcentage de sang arabe dans les origines de l’animal.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *