Labdas (Laudas)

Iaudas ou Iabdas, était un chef berbère du vie siècle qui tint longtemps en échec les Byzantins dans les Aurès.

Selon Procope de Césarée, il était, « de tous les Maures, le plus beau et le plus vaillant ». Selon Corippe, Iaudas était le dux de l’Aurasitana manus, c’est-à-dire le chef de l’armée aurésienne, et d’après Procope, le chef des Maures de l’Aurasion.

Aux premiers temps de la reconquête romaine, en 533-534, il profita de la déroute vandale pour piller les campagnes de Numidie, emmenant ses 30 000 guerriers jusque dans la région de Tigisis (actuelle Wilaya de Batna, en Algérie).

Campagne contre Solomon

En 534-535, les Maures de Byzacène, insurgés contre le nouveau pouvoir byzantin, sont défait, ce qui plaça Iaudas en première ligne face à l’Empire. Il fit front, accueillant d’abord les survivants de l’insurrection de Byzacène, tels que Cutzinas (ou Cusina), puis résiste à l’avancée du général byzantin Solomon dans les Aurès lors d’une première campagne qui s’acheva par un échec complet des Byzantins.

En 536-537, loin de s’enfermer dans ses montagnes, il s’engagea, aux côtés de Stotzas, chef d’une importante mutinerie de l’armée romaine, et se réconcilia avec un de ses vieux rivaux, Ortaïas, qui commandait des tribus situées à l’ouest de l’Aurès. Cette période marqua l’apogée de sa puissance.

En 539, après une seconde campagne de Solomon au cœur de l’Aurès, cette fois décisive : il est traqué, et doit céder après une longue résistance, Iaudas perdit son trésor, ses femmes (ou ses concubines), et est blessé à la cuisse par une javeline, mais ne capitule pas, et choisi l’exil en Maurétanie, peut-être auprès de son vieil allié, Mastigas.

La grande révolte des tribus de Tripolitaine et de Byzacène, 5 ans plus tard, lui permit cependant de réussir un spectaculaire rétablissement. En 544, Solomon et ses troupes sont écrasées lors de la bataille de Sufétula par le chef berbère Antalas, le général byzantin est tué.

Campagne contre Jean Troglita

Il ressort en 546 pour de nouveau attaquer l’Empire à la tête d’une armée venue de Numidie, qu’il joint à la grande coalition d’insurgés dirigée par Antalas et les Laguatan, et participa avec eux, en 546, aux négociations avec un autre dissident byzantin, l’usurpateur Gontharis (Guntarith), puis à la guerre menée contre le nouveau général envoyé par Justinien, en remplacement de Solomon, Jean Troglita.

En été 546, Iaudas est toutefois vaincu par le général byzantin Jean Troglita, ce qui mit fin à cette brillante période. il ne fut pas cette fois contraint à la fuite, mais il dut accepter la tutelle des Byzantins. En effet, Iaudas ne réapparaît dans les textes que en 548, pour fournir des hommes à l’appel de Jean Troglita, et suivre leur armée lorsqu’elle eut à combattre une nouvelle attaque des tribus de Tripolitaine. Corippe le présente comme le « famulatus » Iaudas, le seul qui, dans les descriptions des auxiliaires maures dans la Johannide apparaisse comme un allié malgré lui.

Royaume des Aurès

Si Pierre Morizot estime que Iauras n’était que le chef de l’Aurès oriental, Yves Modéran pense quant à lui qu’il dominait tout le massif aurasien actuel, et même une bonne partie de ses marges : Procope lui attribue en effet explicitement le pays situé à l’ouest de l’Aurasion, vaste et prospère et il signale qu’en 539, il contrôlait la région de Timgad; et Corippe indique qu’en 546 des Maures de l’Arzugis (actuelle Badès) le suivaient. Les limites de son “royaume” demeurèrent cependant toujours instables, d’abord par suite de sa rivalité avec d’autres chefs également insurgés contre les Vandales au début du vie siècle, et plus tard à cause de ses guerres répétées avec les Byzantins. Grâce à Procope encore, nous connaissons assez bien ses démêlés avec son voisin Ortaïas, allié des Byzantins ainsi qu’un certain Masuna, dont Iaudas aurait assassiné le père, Mephanias.

Pour Yves Modéran, ce « royaume des Aurès » a été fondé par Masties « probablement le premier chef de l’Aurès indépendant après l’insurrection du massif contre les Vandales, située vers 484 par Procope ».

Iaudas aurait succédé à Masties et établi son pouvoir plusieurs années avant l’arrivée des Byzantins. Pour Christian Courtois, ce royaume de l’Aurès a persisté jusqu’aux premières années du viiie siècle, avec Kahina, et Koceïla.

Source : Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *