Sheshonq Ier

Le roi berbère Chachnak, redevenu le pharaon d’Egypte.il ya de cela 950 ans avant Jésus Christ. Le roi Amazight Chachnak avait détrôné le pharaon Ramsès II à Iwa. Il avait fondé sa capitale à Tanis ville du Delta du Nil. (Portant actuellement le nom de San El Hadjer).

Personne ne pouvait imaginer un instant que le berbère Chachnak, où l’amazight qui allait devenir le roi et le pharaon d’Egypte. Ce fut le 1eryenneyer, il y a de cela 950 ans avant Jésus Christ. Le roi Chachnak avait détrôné à Siwa (Egypte) le pharaon Psounennès (Ramses II). Cet événement avait marqué le début de la date berbère. Le 12 janvier 2013 correspond exactement donc au 1er yennayer 2963.

Ces ancêtres Algériens devenus pharaons d’Egypte durant presque deux siècles. La date du 12 janvier marquant, en effet, le jour de son intronisation du roi berbère Chachnak I comme pharaon d’Egypte en 950 avant J-C. dont le nom fut parfois inscrit Chechonk. Il a marqué sa victoire sur le pharaon Psousennes, ce qui lui a, d’ailleurs, permis de conquérir l’Egypte où il fonda sa capitale à Tanis ville du Delta du Nil (portant actuellement le nom de San El Hadjar.

Notre histoire renferme beaucoup d’enseignement et cela avant l’avènement de l’Islam et celle d’après, Alors, on doit être fier et digne. Au contraire, notre histoire est très riche en gloires, en héroïsmes et notre jeunesse a le droit de s’imprégner, de connaitre son passé et d’en être très fiers .Ce qui est dégradant c’est de pas reconnaitre son passé légendaire

Ils ont le droit de savoir que dans les temps les plus reculés, leurs arrières-arrières grands pères ont battu les pharaons et ont fait partie de l’armée d’Hannibal qui a traversé les Alpes pour envahir Rome. Plus tard c’était le tour de Tarek Ibn Ziad qui a conquit l’Andalousie afin de transmettre le message de l’Islam à travers presque une partie de l’Europe. Devant tous ces acquis et ces gloires, n’aurions nous pas, tout de même, le droit d’être fier de nos ancêtres Amazighs et de célébrer Yennayer ? Le jour de l’an amazigh à l’instar de toutes nos fêtes religieuses et nationales ?

Ce fut particulièrement à partir de cette date que le calendrier avait été en marche. Après, 2000 ans, la population du Maghreb entier à célébrer Yenneyer de manière solennel. Ainsi Yenneyer qui coïncide avec le 12 janvier de chaque année, a été décrété comme étant le premier jour de l’an Berbère. La fête de Yenneyer n’est pas une simple vision spécialement chez les Algériens.

C’est une journée qui indique une vénérable fête familiale. Le Diner de Yenneyer se compose généralement de plats traditionnels. On y prépare des plats à base de semoule et de blé Chaque région du pays possède sont style et sa façon d’accueillir Yenneyer.

Les ingrédients sont multiples et variés symbolisant exactement le culte de Yenneyer. Les habitants de Beni Senous de Lakhmis (Tlemcen) n’enfreignent pas à la règle d’Ayrad. Un défilé, qui était donné dans les anciens temps, ressuscitant une ancienne tradition disparue.

Mais la voilà de retour, ces dernières années, grâce aux efforts consentis par les ardus de Yennayer. Ayrad, littéralement synonyme de Lion, est organisé par une dizaine de jeunes, la nuit de Yennayer. Vêtus de «Haidoura» peaux de bœufs ou de chèvres, ils sillonnent les ruelles du village sous les coups des bendirs, une fête à ne pas rater

À l’instar du reste du pays, la wilaya de Médéa, prend à témoin le message utile de yennayer depuis la nuit de sa naissance. Ainsi, au niveau de la capitale du Titteri, la journée de Yennayer est appelée Edrraz. La journée d’Edrraz qui correspond aussi à la veille du 13 janvier, elle revêt d’une importance capitale. Des traditions ancestrales sont ainsi réitérées comme la mise de l’enfant le plus jeune de la maison dans une coupelle (djefna) pour le couvrir de tous les délices : fruits, gâteaux et sucreries.

Vue d’ensemble de la fresque de Sheshonq I en conquérant dans le temple d’Amon – Karnak
Sheshonq I en conquérant – Temple d’Amon – Karnak
Gravure d’un relief de Sheshonq Ier trouvé à Karnak.
Coffre à canopes de Sheshonq Ier. Albâtre. Musée égyptien de Berlin
Relief représentant Sheshonq Ier et son fils, le grand prêtre d’Amon, Ioupout à Karnak
Statue de Sekhmet portant la titulature de Sheshonq Ier – Temple de Mout à Karnak
Grand sphinx de granit réinscrit au nom de Sheshonq Ier – Trouvé à Tanis, aujourd’hui au musée du Louvre

Au niveau du musée du Caire, Chaque Algérien est émerveillé par les secrets qui sont étalés au niveau de la suite royale réservée à la XXIe dynastie de l’Egypte ancienne. Les authentiques trésors des rois amazighs y sont également exposés.

Dans une grande salle, au premier étage du musée, non loin du lieu où sont exposées les momies des célèbres pharaons comme Toutankhamon ou Néfertiti, le visiteur découvre, stupéfié et étonné, les trésors de ce patrimoine, découverts en 1939 dans le cimetière des rois de Tanis par une mission d’égyptologues français

L’absence des momies de ces rois se traduit, selon une Egyptologue par la décomposition des corps en raison du taux d’humidité très élevé à Tanis, qui est toute proche de la mer. Contrairement aux autres momies découvertes souvent intactes dans le sud de l’Egypte du fait de l’absence d’humidité.

Certaines antiquités et trésors de la XXIIe dynastie se trouvent actuellement dans des musées européens, tel le Louvre en France, où est exposé un buste en or du roi Aserkoun ou encore à Budapest où est conservée une statue de l’un des héritiers du trône de Chachnak.

Sources :
algermiliana.com
fr.wikipedia.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *