Mustanabal

Mastanabal, était un roi de Numidie de -148 à 140 av. J.-C, et le plus jeune fils légitime de Massinissa.

D’après Tite-Live, il reçut une éducation grecque, et était réputé dans sa jeunesse pour ses aptitudes sportives. Il possédait un haras composé de poulains capables de remporter des courses. Il participa aux jeux Panathénées organisés périodiquement à Athènes dès le début du mois de Mars (168 ou 164 avants J.C, la date n’est pas précise). Il remporta une victoire sur l’hippodrome d’Athènes, et fut l’un des premiers Berbères à avoir été champion olympique. La médaille lui fut remise par le roi Micomède de Tithynie lui même. Les textes grecs anciens, traduits de l’anglais, qui nous sont parvenus précisent même que la course de Mastanabal dans cette compétition suscita l’admiration chez les Athéniens.

À la mort de Massinissa en 148 av. J.-C, il partagea le pouvoir avec ses frères Micipsa et Gulussa, recevant la charge des affaires judiciaires (Appien). D’après Salluste, Mastanabal avait disparu rapidement laissant deux fils dont l’un est Jugurtha qui devrait déclencher la guerre contre Rome à la mort de Micipsa et l’autre est Gauda qui est resta le seul survivant de la famille pour assurer la continuité de la dynastie.

Bien versé dans la littérature grecque, il apprend le droit. Sportif dans sa jeunesse, on dit que le prince participa aux courses de char aux jeux de Panathénaïque. Selon l’aristocrate romain Publius Cornelius Aemilianus, après la mort de son père en 148 av. J.-C., Mastanabal reçoit l’autorité sur les affaires juridiques de la Numidie, et devint patron héréditaire de la maison royale, à qui Massinissa avait donné l’autorité pour administrer son domaine2.

Alors que son frère aîné Gulussa part avec une division de cavalerie pour joindre les forces romaines qui combattaient Carthage pendant la troisième guerre punique, Mastanabal reste en Numidie avec son frère Micipsa.

Sa mort doit avoir eu lieu avant celle de Micipsa, c’est-à-dire en 140 av. J.-C. : Salluste affirme qu’il succombe à une maladie. Un des fils de Mastanabal, Jugurtha, est plus tard adopté par Micipsa et devint ainsi le cohéritier avec ses propres enfants légitimes. Son autre fils Gauda (issu d’un second mariage) est fait héritier subsidiaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *